Project description

  • PROJECT TITLE: LA SCOLARISATION DE LA FEMME AFRICAIN COMME SOURCE DE CONFLIT DE GENERATIONS A TRAVERS TROIS PRETENDANTS…UN MARI DE GUILLAUME OYONO-MBIA
  • DEPARTMENT: FRENCH
  • PRICE: 3000 | CHAPTERS: 5 | PAGES: 56 | FORMAT: Microsoft word | | PROJECT DELIVERY: Instant Download »

Get complete project »

Need Urgent help with this project?

INTRODUCTION

            La traduction est et a toujours été » une activité indispensable dans les relations humaines à travers l’histoire de l’humanité au niveau national et international. C’est l’une des tâches les plus dignes d’estime du marché d’échange mondial et universel. Pendant longtemps et par tradition, seulement deux places ont  été assignées à l’activité traduisante. Elle était d’une part une affaire de quelques  professionnels ou de poètes,<>.

             D’autre part, la traduction servait à l’apprentissage des langues sons forme de thèmes et versions. Aujourd’hui, plusieurs voies semblent être ouvertes par les théories de l’énonciation qui cherchent à isoler des catégories grammaticales associées à des marques spécifiques dans chaque langue. Il est hors de doute que grâce à l’analyse du discours, la traduction a cessé d’être considérée aujourd’hui comme une opération de transcodage d’éléments équivalents et prédécoupés, mais plutôt comme un acte de langage avec des variétés discursives qu’il faut absolument restituer en totalité dans une autre langue.

            En raison de la multiplicité et de la diversité des langues humaines, la traduction s’impose comme un exercice indispensable aux développements social, économique et politique de la société humaine.

           La traduction est un phénomène universel applicable à toute espèce  de message. Il n’est peut – être pas inutile de le rappeler, car la plupart des études qui lui ont été consacrées par le passé se fondaient sur la traduction artistique par J.Maillot. La traduction Scientifique et Technique (1969)

              L’objectif fondamental de la traduction consistera par conséquent, << a grandir l’invariance sur le plan du contenu malgré un changement de code sur le plan de l’expression>>.Cette invariance est un phénomène essentiellement relatif. En effet, à l’intérieure d’un même code, il faut bien admettre que l’idiolecte du locuteur peut  déjà différer de l’idiolecte du récepteur.

            La traduction est un acte de communication bilingue, possible non en raison de parallélismes d’expression mais de parallélisme de pensée, de parallélisme de situation. << Dans la traduction, comme tout apprentissage de la communication, celle- ci se fait d’abord par le biais de l’indentification de certains traits d’une situation, comme étant communs pour deux locuteurs >>. « Toutes les fois qu’il a situation commune il ya ou il peut y avoir traduction ».

            La traduction est essentiellement une opération de transcodage. Les problèmes  qu’elle pose ne procèdent pas du fait que le processus de représentation du réel conduit à des résultats  différents en raison de la langue, mais biens de ce que les résultats du représentation sont codés de manière différente dans les diverses langues.

            Il est uniformément vrai que, pour un contenu déterminé toute langue offre de nombreuses formes permettant de communiquer le message également biens. Les définitions sont nombreuses et variées Selon Robert de Rétine (1986) la traduction est << un acte de communication qui permet a un auteur de passer un message pas la même langue à travers un traducteur.>>

            La traduction est le fait d’interpréter le sens d’un texte dans une langue << langue source>> et de produire un texte ayant un sens et un effet  équivalent une langue et une culture différente  <> ou << langue d’arrivée >> J.P Vinay et J.darbelnet (1958.)

            Le but de la traduction est d’établir une équivalence entre le texte de la langue source et celui de la langue cible (c’est à dire faire en sorte que les deux textes signifient la même chose), tout en

 tenant compte d’un certain nombre de contraintes (contexte, grammaire, etc. ) afin de le rendre compréhensible pour des personnes n’ayant pas la même culture ou le même bagage de connaissances.

            Pour traduire, il ne suffit pas de maitriser la langue source, il est également nécessaire de maitriser la langue cible, qui est généralement la langue maternelle.

            Le traducteur possède plus que des compétences linguistiques.


Get complete project »

Need Urgent help with this project?



Can't Find What You Are Looking For?




Quick Project Search